Publications et réalisations
EN PROJET
 
La Vermeer carioca
La Vermeer Carioca

LA CAGE DE VERRE - Film de fiction - Scénario

L'idée générale du film :

le scénario est écrit mais je ne l'ai pas mis en ligne; disponible sur demande

Le film parle de désir, de la recherche de l'objet aimé et désiré (en l'occurrence une femme). À ceci près que, contrairement aux films ordinaires, cet objet n'a pas d'existence réelle. Il est fantasmé et, à ce titre, l'objet d'une quête dans la réalité.
Dans la première partie du film, sont explorés le ravissement esthétique et les mécanismes du désir.
Mais assez vite, il faut donner un corps et une âme à ce désir et interroger le réel.
Telle est du moins, la logique des protagonistes – deux hommes qui n'ont ni le même âge ni la même personnalité.
Au cours de leurs discussions animées naît un étrange dessein et un véritable plan d'action :
pour contempler l'être désiré en toute jouissance – à la façon d'une œuvre d'art – il n'est d'autre solution que de l'immobiliser... et de le mettre en cage.

D'où l'idée, développée dans la deuxième partie, de concevoir et de construire une cage en verre (en forme de pyramide) pour y faire entrer des statues vivantes. Cette cage aérienne devra être belle et désirable afin que les diverses "candidates" convoquées acceptent de se laisser enfermer, pour quelques minutes, quelques heures, voire quelques jours.

Troisième partie : une fois la cage de verre réalisée (dans les Ateliers de Saint Gobain), on en viendra au casting des préposé(e)s – en chair et en os. Il s'agira de confronter l'image de chacun(e) avec le fantasme qui a précédé sa venue.
Recherche d'adéquation, en somme et confrontation entre idéal et réalité. Quant aux candidates elles- mêmes, il faudra les convaincre; elles ne manqueront pas de poser des questions : entrer, ne pas entrer dans la pyramide ? si oui, pour quoi y faire ? qui acceptera ? qui refusera ? quels arguments de part et d'autre ? qui sera l'élue et pour quelles raison ? De nombreux problèmes surgiront qui enrichiront l'intrigue.

In fine, une femme, inattendue, fera son apparition. Elle acceptera la réclusion et s'y révélera.
Cela est rendu possible notamment grâce à l'intervention de la musique de Robert Schumann (fantasiestücke, op.12, jouée par le principal protagoniste du film) qui propose (et impose en fait) une certaine forme de rédemption par le ravissement esthétique.

Ecouter plutôt cette merveille:

Films

  • Vievola, Chœurs et danses du Col de Tende, Réalisé en collaboration avec J.-D. Lajoux, 16 mm sonore, N. et blanc, 30 minutes, CNRS Audio-visuel, 1975.
  • En collaboration avec Georges Luneau, réalisateur: Musica sarda, Film long métrage, produit par la SEPT (producteur délégué Takis Candilis),  super 16, couleur 70 minutes, 1990. Diffusion "Arte".

Chant d'un pays perdu,
b_200_150_16777215_00_images_stories_jakekete.jpg Albanie/Grèce. Réalisé en collaboration avec Hélène Delaporte, couleur,  63 minutes [2007].

Le "pays perdu", c'est la Tchameria, au nord de la Grèce actuelle, que les Albanais musulmans ont été contraints d'abandonner après la guerre de 40. Pays de haute nostalgie, donc, que l'on chante et pleure tout à la fois...
D'origine tchame, Shaban Zeneli est chanteur et réside à Fier, en Albanie : à l'occasion, il passe la frontière en clandestin, dans le simple but de revoir le village de son père et de son grand'père, désormais en ruine. Sur le coup de l'émotion, il pleure. Mais, avant d'arriver à sa maison, qui est une ruine et qu'il a pas mal de difficultés à reconnaître, il rencontre des amis et des chanteurs. Enfin, ce voyage, il éprouve le besoin de le dire et, plus encore, de le chanter lorsque, au terme de son voyage, il retourne chez lui. Ce film est aussi une réflexion sur la notion de frontière (ici entre l'Albanie et la Grèce) servant la nostalgie, l'émotion et l'expression musicale.

b_200_150_16777215_00_images_stories_chntpaysperdu.jpg

Sous sa forme DVD, le film existe en deux versions sous-titrées, française et anglaise. Il a obtenu le "PRIX BARTOK" en mars 2007, au Festival Jean Rouch, au Musée de l'Homme <www.comite-film-ethno.net>.

Vidéo

  1. Poeti a braccio, Vidéo 3/4 pouce, tourné lors de la "Semaine de la Culture populaire italienne", 90 minutes, en collaborat. avec le CNRS Audio-Visuel, 1979.
  2. Ballade roumaine, document Super 8 sonore, réalisé avec J. Bouët, non monté,  couleur, 12', 1981.
  3. La fête de Nostra Senora del Pilar de Formentera et les chants "redobladas", documents vidéo VHS, 40' (1986).
  4. Musiques de Macédoine, documents vidéo 8, 3 heures (1988).
  5. Danses crêtoises, documents vidéo 8, 40' (1988).
  6. Spirtu Pront à Malte, documents vidéo 8, 60' (1991).
  7. Musiques de Sardaigne, vingt films vidéo 8 tournés en collaboration avec Georges Luneau en 1989 (certains ont été insérés sous forme d'extraits dans Musica sarda, film référencié dans la rubrique suivante).
  8. Musiques de Sardaigne, documents vidéo 8, super 8 et DV, environ 60 heures (1987-2007).
  9. Musiques d'Albanie, documents vidéo, format DV 34 heures (2001-2007) + une vingtaine d'heures en 2006 ayant donné lieu à un film – cf. supra.
  10. Musiques de Roumanie, documents vidéo 8, 30 heures (1990-98). Sélection et montage par séquences d'une partie de ces documents ayant fourni le matériel pour un DVD publié dans le livre A tue-tête, Chant et violon au Pays de l'Oach, Roumanie.

 

Archives musicales

b_200_150_16777215_00_images_stories_archives_image.jpg

Ces archives (au total plus de 150 bandes magnétiques originales) sont en grande partie déposées au Laboratoire d'ethnomusicologie du Musée de l'Homme, voir <ethnomusicologie.org>. Elles ont constitué la base de publications en disques (cf. cette rubrique).
Une partie de mes enregistrements plus récents (Roumanie et Albanie méridionale) sont à mon domicile.

Plan du site | Site réalisé à l'origine par Victor S. | Migration sous Joomla 3 et adaptation réalisée par Catherine van Dyk.