Lortajablog: accueil

b_150_100_16777215_00_images_stories_detaillatour1.jpg

Vous ne vouliez pas
que ça se sache,
vous m'écriviez
    que l'amour doit pas
    laisser de traces
    et vous disiez :

        il faut que ça infuse
        comme le thé...qui vous brûle la langue
        quand on est trop pressé

Je me souviens de vos propos
de ces paroles qui s'écrivent,
qui veulent toujours le dernier mot

    C'est pas les mots qui sur vos lèvres me plaisent
    ni la   graphie de vos letttres
    que vous couchez sur le papier

L'écrit, c'est pas vos pleins ni vos déliés
mais bien les cris de votre corps
qui viennent à gorge déployée

    appeler chaque nuit les corbeaux
    pour qu'ils s'abreuvent

à votre lit sonore et noir,
noir comme l'encre de l'encrier,

Et pour ne pas que ça se sache,
Vous le criez…

Plan du site | Site réalisé à l'origine par Victor S. | Migration sous Joomla 3 et adaptation réalisée par Catherine van Dyk.