Lortajablog: accueil

     b_150_100_16777215_00_images_stories_empire.jpg

[sur une ballade roumaine]

exécuté en compagnie, avec "La menina allargata", Album CD 2014, plage 4

le Maréchal Ney, le Maaréchal d’Empire,
n’a dans la tête qu’une idée :
TUER, OCCIRE !

Éventrer ses semblables
      pour qu’au soir de batailles
            son torse birille encore
                de l’éclat d’une médaille

Le Maréchal Ney
se plaît dans les goguettes,
avec quelques amis,
et compagnons de route,
  il échauffe sa bile,
      et touille sa biroute,
en se saoûlant de Rhum
            et de whisky volé
                   dans le secret des soutes
                    de caboteurs anglais

Portant haut sa ganache
sous le ciel d’Austerlitz
sabre au clair,  à la hâche
     il fait gicler le sang
          sous d’obscènes clameurs,
              et déglutir les tripes
                 d’abdomens en chaleur

 Jusqu’au moment très attendu, où il danse la valse
 dans un palais des glaces éclairé aux chandelles    
sous les lustres en cristal et le regard envieux     d’officiers subalternes

où il danse la valse avec l’impératrice,
ses nièces et ses cousines, au regard un peu triste
apprenties courtisanes,qui n’ont pas beaucoup d’âme,
mais seulement des langueurs qui tardent à venir


Et sa chair se fait verbe
au Maréchal d’Empire.
     contre un verre de Tokay
que lui sert une marquise,
il parle de ses guerres
         de rêve et nostalgie,
              évoque ses campagnes, d’Utrecht et de Russie

         où fleurissent les fleurs
genêts et boutons d’or,
          où pourrissent les corps
          de ceux qui y sont morts.
Plan du site | Site réalisé à l'origine par Victor S. | Migration sous Joomla 3 et adaptation réalisée par Catherine van Dyk.